Le samedi 23 septembre dernier, 70 employés de Domtar, des membres du Comité citoyen du parc Thomas-Chapais ainsi que l’équipe de Y’a QuelQu’un l’aut’bord du mur ont jumelé leurs efforts afin de maintenir et d’améliorer la biodiversité du parc Thomas-Chapais.

Le nerprun est un arbre envahissant pouvant atteindre de six à huit mètres de hauteur. Il s’établit férocement et se propage rapidement au détriment des espèces indigènes. La production de feuilles hâtives au printemps et la grande densité de tiges bloquent l’accès à la lumière à la végétation environnante, ce qui entraîne la disparition de plusieurs espèces d’arbres et de plantes.

De plus, sa progéniture, soit des milliers de graines par individu, possède un taux de germination de 90 %. C’est donc plus de 900 individus potentiels par arbre mature qui peuvent atteindre à leur tour l’âge adulte d’ici deux à quatre ans !

La dégradation d’un écosystème par l’envahissement du nerprun réduit également la diversité faunique (animaux), ce qui occasionne la perte d’habitats naturels.

L’érablière à caryer cordiforme du parc Thomas-Chapais est typique des forêts du sud du Québec. Ce type d’érablière possède une production végétale et une biodiversité parmi les plus élevées de la province. Effectivement, on trouve une grande composition et une forte abondance d’espèces indigènes au parc Thomas-Chapais.

Afin de protéger la qualité du milieu, la richesse écologique et la beauté du boisé, nous organisons des corvées de contrôle du nerprun depuis 2015. Grâce à la participation de l’équipe de Domtar, 50 amas de branches coupées et de jeunes pousses arrachées ont été recueillis !

Un grand merci à Domtar et à la Student Conservation Association (SCA) pour leur collaboration aux activités de contrôle du nerprun organisées dans le cadre du projet de protection, de restauration, de mise en valeur et d’éducation au parc Thomas-Chapais de Y’a QuelQu’un l’aut’bord du mur (mandataire du programme Éco-quartier Mercier ̶  Hochelaga-Maisonneuve). Financé par la Fondation Hydro-Québec pour l’environnement, ce projet a pour principal partenaire le Comité citoyen du parc Thomas-Chapais.