Nous vous présentons avec fierté nos bénévoles d’exceptions de l’année 2021 ! En effet, même en temps de COVID-19, ces formidables personnes ont continué à nous donner de leur temps pour embellir et faire vivre notre bel arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve. Grâce à eux, nous avons été dans la mesure de proposer une multitude d’évènements à notre communauté.

D’abord, nous avons pu rencontrer Johanne Duhaime afin qu’elle nous raconte sa relation avec le bénévolat, qu’elle conçoit comme la façon idéale de briser l’isolement et de participer à la vie active.

Je fais du bénévolat depuis très longtemps, dans des domaines et des durées d’engagement variés toujours en fonction de mes champs d’intérêt et de mes valeurs. J’ai une grande satisfaction à participer dans des projets qui rendent les gens heureux, j’aime discuter et rire avec eux, leur rendre service ainsi je fais partie de ceux et celles qui participent aux mieux-être des personnes et pour faire une différence dans leur vie. Le travail d’équipe avec d’autres bénévoles et des membres d’organismes et autres est très stimulant et me permet de rencontrer des personnes intéressantes et dévouées. Je prévois que d’ici la fin de l’année 2021, j’aurai fait pas moins de 97 heures de bénévolat.

Toujours partante pour partager son énergie, Jeannine Abitbol fait du bénévolat avec divers organismes qui rejoignent ses valeurs au moins deux fois par semaine. Alors qu’elle recevait joyeusement son titre de bénévole d’exception, elle confie être motivée par le contact humain et les apprentissages qu’elle reçoit durant les activités volontaires qu’elle effectue.

Donner et recevoir en retour, non pas de l’argent, mais du bonheur : un sourire, une poignée de main, une accolade, c’est pour moi une grande joie ! C’est tellement gratifiant et valorisant. Quand je bénévole, je me sens utile et cela me donne une raison de vivre. Le bénévolat me permet de rencontrer une panoplie de gens de tous les niveaux ; personnes âgées, démunies, handicapées, laissées pour compte, les pauvres et enfin les immigrants que j’aide de mon mieux et qui m’enrichissent par leurs expériences et leur savoir-faire). Pour conclure, je dirais que le bénévolat est pour moi une sorte de mécénat.

Puis vient Robert Nolet, un bénévole engagé dans sa communauté depuis qu’il est âgé de 15 ans ! Il s’implique auprès de YAM depuis 2015 et tient une grande participation au sein de l’organisme. Robert est investi dans la cause environnementale et aime aller à la rencontre des gens, il s’agit pour lui de s’accorder avec ses valeurs. Il donne en moyenne 400 heures de son temps par année pour faire du bénévolat.

Émile Champagne, lui, aime particulièrement faire du bénévolat pour redonner à son prochain et à sa communauté. À coup de quelques heures par semaine, il s’anime à donner et recevoir de la communauté. Pour lui, cette participation active est synonyme d’apprentissage enrichissant.

Les témoignages recueillit pour cet article démontrent de l’apport significatif de nos bénévoles. Vous enrichissez YAM et nous vous en sommes grandement reconnaissants. Merci !